Comportement inhabituelle de son lapin : doit-on s’alerter ?

Le lapin à domicile a un instinct de ne pas dévoiler sa souffrance. Mais si vous gardez un œil sur sa vie quotidienne, vous dépistez les symptômes d’une souffrance physique. Il peut s’agir de langages corporels, de changement d’air ou des signes alarmants. Dans ce cas, allez voir immédiatement un vétérinaire.

Le lapin bouge moins lorsqu’il souffre

Naturellement, le lapin sera la dépouille de ses prédateurs. En cas de maladie ou de blessé, l’instinct animal pousse à un comportement inhabituelle de son lapin lorsqu’il est affaibli et repéré. En effet, sa faiblesse le condamne à mort. Ainsi, le lapin exprime peu d’émotion lorsqu’il souffre. La difficulté se trouve donc, dans la révélation des symptômes d’une maladie ou d’une blessure du lapin.

La douleur corporelle du lapin et son expression faciale

Lorsque le lapin souffre, les langages corporels sont soupçonnés et signalés au propriétaire à propos de sa blessure ou sa maladie. Le comportement inhabituelle de son lapin est facile à dépister. Il aide à se coucher en boule sur ses quatre pattes, se remuant les oreilles repliées dans son enclos, avec son museau allant dans cette direction. Néanmoins, une inspection du lapin se fait par rapport à son dos voûté ; son étirement ; sa tête levée en permanence ; son cou tendu. Cela dit, la douleur de ses yeux entrouverts se voit, plissée ou exorbités. En tout, son regard plat, sa réaction inerte ne sont pas d’excellent signe.

Le comportement anormal du lapin à examiner

Si le lapin se planque dans son abri, en dessous d’un meuble, roules en boule. Il essaie de détourner les regards. Tout comportement inhabituelle de son lapin doit être demandé. Abattu, il ne présente pas de signe d’activité, ne bouge pas comme d’habitude, d’où la faiblesse ou la douleur. Sachez que d’autres facteurs de maladies surveillent votre attention. Comme le lapin grince des dents ou gémit, ne va plus aux toilettes, mieux vaut le surveiller. De plus, il ne se contente pas de répondre à vos appels ou nie vos caresses, s’il commence à s’isoler ou devenir agressif. Dans ce cas, vous pouvez prendre sa température. Les signes alimentaires ou digestifs peuvent alarmer. Si le lapin mange peu, maigris, ne ronge pas la plupart de ses aliments ou arrête de boire, de digérer. Si ce cas se présente, le lapin a des petites crottes. Il ne fait qu’avaler les catastrophes. Les dysenteries, les énormes gargouillements, l’abdomen dur manifestent un grave problème. D’ailleurs, s’il urine souvent ou subit une difficulté à uriner, consulter un vétérinaire.                  

 

Comment se passe la gestation chez un furet ?
Quelle alimentation équilibrée pour une souris domestique ?